Club Italie-France: Intervista Federica Nardoni Spinetta - Opinion Leader

Federica Nardoni Spinetta

Club Italie-France : Vous êtes née à Alassio et vous avez grandi à Milan, capitale italienne de la Mode. Comment vos origines ont influencé la femme entrepreneuse que vous êtes aujourd’hui ?

Federica Nardoni Spinetta : Je suis d’origine Italienne, je suis née près de la mer à Alassio. La mer à toujours été très importante pour moi, pour mon inspiration et pour me ressourcer. J’ai grandi à Milan, capitale de la mode. Cette ville internationale, tellement créative et frénétique a eu un grand impact sur moi. Toute jeune, je dessinais déjà les croquis pour mes propres modèles en les faisant ensuite réaliser. La mode a toujours été ma passion, même si j’ai choisi un parcours d’études différent; je me suis diplomée à la prestigieuse Université Bocconi de Milan en Économie et Gestion, avec spécialisation en Finance. L’Université Bocconi m’a beaucoup appris et m’a également donné l’envie de devenir une entrepreneuse. J’ai commencé ma carrière chez KPMG principalement pour des compagnies textiles et pétrolières. J’ai connu beaucoup d’entreprises et j’ai beaucoup voyagé, ce qui m’a permis d’apprendre « sur le terrain » le vrai sens d’entreprendre.

Club Italie-France : Pour la mode, vous avez une vraie passion. Pourriez-vous nous expliquer comment cette passion est née et comment avez-vous eu l’idée de fonder votre propre marque Beach & Cashmere Monaco ?

Federica Nardoni Spinetta : Grâce à mon expérience internationale et guidée par ma passion envers la mode, j’ai donc décidé de lancer ma propre marque de mode Beach & Cashmere Monaco. En créant ma marque, j’ai pensé à deux concepts très différents; tout d’abord, en tant que femme de la mer, il était évident que ma marque lance une collection de maillots de bain, mais j’était également très inspirée par le cashmere, élément si noble et luxueux. J’ai donc eu l’idée de les associer en créant un contraste de saisons, un peu comme le yin et le yang. La marque produit des maillots de bain, des prêt-à-porter et des accessoires pour femmes reflétant l’esprit créatif de l’attitude chic de Monte-Carlo: des articles de luxe appréciés pour leur style, leur élégance et leur glamour. Cette année je fête les 15 ans de ma marque. Pour mes collections, je m’inspire de ma passion pour la mer et la nature; tout en m’engageant à protéger notre planète, en produisant des vêtements de haute qualité et respectueux de l’environnement.

Depuis longtemps je défends l’éco-durabilité, grâce à des collections éco-friendly et éthiques dédiées à la nature et à la planète telles que « Save the Nature » et « No Waste », ou encore consacrées à la mer que j’aime tant: « Save the Ocean » et « Save the Reef ». La dernière née, « Under Full Sails », est une collection créée et produite entièrement avec des voiles usagées et recyclées qui sont utilisées comme des tissus « Haute couture », créant des tenues glamour et durables. Réalisé en collaboration avec la Classe Smeralda du Yacht Club de Monaco et totalement en confinement, cette collection associe une simplicité élégante et un modernisme sophistiqué. Chaque tenue est unique et conçue à la main, tel que les robes faite entièrement avec des voiles 100% ré-utilisées, et le résultat est étonnant! Au lieu de gaspiller et de jeter les voiles usées et cassées, elles mettent le cap sur un nouveau voyage, le voyage de la mode.

Club Italie-France : Vous affirmez « Pour moi, vivre dans un pays signifie participer activement à sa vie économique ». Il est vrai aussi qu’être entrepreneurs est plus « facile » dans certains pays que dans d’autres. Quelle-est l’offre pour les entrepreneurs à Monaco en termes d’attractivité ? Quelles sont les possibilités pour les entrepreneurs internationaux et en particulier pour ceux italiens et français ?

Federica Nardoni Spinetta : Je suis une personne très active. Je suis très engagée dans la vie économique et associative de la Principauté de Monaco: «Pour moi, vivre dans un pays signifie participer activement à sa vie économique». Depuis 2008 je suis membre du Comité Directeur du Monaco Economic Board (MEB). Je suis aussi membre du Conseil Fédéral de la FEDEM (Fédération des Entreprises Monégasques), Secrétaire Générale de l’AIIM (Associazione Imprenditori Italiani), membre du Comité Directeur des Femmes Leaders Mondiales Monaco et membre de l’AFCEM (Association Femmes Chefs d’Entreprises). Je viens de recevoir la Distinction Honorifique de « Cavaliere de l’ordre de l’Étoile de l’Italie » conféré par le Président de la République Italienne et reçu par Son Excellence l’Ambassadeur d’Italie en Principauté de Monaco, Cristiano Gallo, pour ma contribution au développement des relations entre l’Italie et Monaco. J’ai également reçu la médaille du travail monégasque et j’ai était primée avec le Look of the Year Award pour ma marque.

Je suis Présidente et Fondatrice de la Chambre Monégasque de la Mode, que j’ai créée en 2009 et qui représente les marques et créateurs monégasques. Je suis aussi la Présidente et Fondatrice de la Monte-Carlo Fashion Week, qui chaque année accroît d’importance depuis son lancement en 2013, avec la présentation de collections de plus d’une quarantaine de créateurs et marques internationales, venant du monde entier. Je ne suis pas convaincue qu’être entrepreneurs est plus « facile » dans certains pays que dans d’autres. Être entrepreneur est une vocation et une passion, qui demande un énorme engagement de la part de la personne qui veut entreprendre, qui veut lancer sa société ou qui veut gérer une société qui a été initié par une autre personne. Chaque pays est différent et chaque pays peut avoir des opportunités différentes. Monaco offre beaucoup d’opportunités, puisqu’elle est très internationale, très attractive, elle a un développement économique élevé, une qualité de vie exceptionnelle, des infrastructures très développés, un très haut niveau de sécurité et la Principauté est aussi très développé au niveau numérique et politiquement stable.

Club Italie-France : Le coronavirus nous a rendu surement plus sensibles au problème de la pollution. C’est un problème que vous connaissez bien puisque vous avez travaillé pour des compagnies textiles et pétrolières par le passé. Existe-t-il un mode éco-responsable (et plus précisément une mode pour tous, et éco-responsable) ? Quel rôle aura la technologie et la recherche dans les prochaines années pour « démocratiser » le concept de mode éco-responsable ?

Federica Nardoni Spinetta : En ayant travaillé pour des compagnies textiles et pétrolières, je connais bien le problème de la pollution de notre planète et je suis donc devenue une paladine de l’éco-durabilité. Depuis longtemps je défend l’éco-durabilité avec ma propre marque, Beach & Cashmere Monaco, grâce à des collections éco-friendly et éthiques, supportant la nature et la planète. Mais j’ai également instauré au centre de la Chambre Monégasque de la Mode et de la Monte-Carlo Fashion Week, l’objectif d’être « Sustainable », en accueillant à Monaco des marques qui agissent pour être «éco-durables » et en créant en 2016 le prix Ethical & Sustainable Fashion Award, pour primer les marques qui se sont distinguées par ces valeurs.

L’édition 2020 de la Monte-Carlo Fashion Week a mis en avant 42 marques « sustainable », venant de 17 pays dans le monde, et avec leur support j’ai créé le mouvement #sustainabletogether. La mode est la seconde industrie la plus polluante au monde. Il est donc évident que la mode ne peut s’exonérer de sa responsabilité environnementale. Elle est ainsi fortement consommatrice d’eau. Elle fait également grand usage de polyester, dérivé du pétrole. Bien sur la technologie et la recherche dans les prochaines années pourront aider à «démocratiser» le concept de mode éco-responsable, mais je crois fortement que c’est à chacun de nous de se responsabiliser à adopter dès maintenant un style de vie plus éco-responsable.

Nous devons à notre planète et à nous-mêmes d’agir de manière plus écologique. Je suis convaincue que les marques seront en mesure d’utiliser cette stratégie dans un avenir proche. Le développement durable est donc une priorité. S’y consacrer est une urgence. Oui bien sur, la mode peut être durable et éthique, mais je rajouterai aussi glamour, parce qu’on peut bien avoir des vêtements éco-durables, qui sont tout de même luxueux et glamour. Utiliser des tissus durables ne veut pas dire avoir des vêtements moins luxueux. Il faut produire des vêtements de haute qualité et respectueux de l’environnement. Il faudra consommer moins, mais plus de qualité. Les marques de mode doivent donc envoyer tous un message fort, pour être plus green. 

Dans notre conscience nous devons retenir ces mots: Sustainable, Eco-durable, Up-Cycling, Mode Circulaire, NoWaste et agir de conséquence. Il faut se recentrer sur les valeurs morales et environnementales, en ayant une responsabilité sociale et éthique. Différentes actions ont été entreprises par les marques de mode, tel que la signature de la Charte de l’industrie de la mode pour l’action climatique par 48 marques et grands groupes, sous l’égide des Nations Unies, pour réduire de 30% l’émission de gaz à effet de serre de l’industrie d’ici à 2030. Ainsi que le LIFE – «LVMH Initiative for the Environment» engagement du groupe LVMH avec l’Unesco en faveur du programme de biodiversité Man and Biosphere (MAB), qui vise à sauvegarder la biodiversité à travers la planète et à atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies. 

Réduire les émissions carbone est essentiel si l’industrie de la mode souhaite prendre part à la lutte contre le réchauffement climatique. Ainsi que réduire l’usage de plastique, ou encourager adopter de nouvelles techniques permettant de « réduire significativement » la quantité d’eau nécessaire pour produire le coton. La Mode éco-durable ne doit pas être l’exception, mais elle doit devenir la normalité. Il faut arriver dans le futur, et j’espère vivement dans un future très proche, à ne plus parler de mode éco-responsable, car il sera normal de s’habiller avec un tissu, une marque, des chaussures, des accessoire durable, eco-friendly. 

Club Italie-France : Vous êtes Présidente et Fondatrice de la Chambre Monégasque de la Mode, qui représente les marques et créateurs monégasques et également Présidente et Fondatrice de la Monte-Carlo Fashion Week. Quels sont les valeurs qui tournent autour de la Chambre Monégasque de la Mode et de la Monte-Carlo Fashion Week ? Quel est le secret de son succès malgré son « jeune âge » ?

Federica Nardoni Spinetta : Le Chambre Monégasque de la Mode a un double objectif: d’un côté, elle représente et diffuse les valeurs des créateurs de mode monégasques, tout en promouvant la créativité «Made in Monaco» à l’international, et de l’autre, elle projette la Principauté comme plate-forme mondiale de la Mode. La Monte-Carlo Fashion Week (MCFW©️), Sous le Haut Patronage de S.A.S. La Princesse Charlène de Monaco et avec le soutien du Gouvernement, du Conseil National, de la Mairie et de l’Office de Tourisme de Monaco est l’événement officiel de la mode de la Principauté avec un calendrier somptueux qui propose une succession de défilés et de présentations. Le MCFW est devenu un rendez-vous international pour les designers venus du monde entier. L’événement a grandi chaque année. En 2013, nous avons lancé la première édition de la Fashion Week de Monte-Carlo, spécialement dédiée au maillot de bain (Swimontecarlo©️), nous avions eu 16 marques participantes de 3 pays. 

L’année suivante, nous avions eu 24 marques de 6 pays. En 2015, 36 marques de 11 pays; en 2016, 33 marques de 11 pays. En 2017, 39 marques de 13 pays. En 2018, 42 marques de 14 pays; en 2019, 40 marques de 15 pays pendant 5 jours défilés et présentations et en 2020 pour l’édition numérique, nous avions vu la participation de 42 marques de 17 pays. 

Un autre des principaux objectifs de la Monte-Carlo Fashion Week est de mettre l’accent sur la mode durable et éthique et de contribuer à sensibiliser à l’importance de protéger notre planète, ses habitants et ses créatures, en suivant les directives de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco. L’engagement pour la durabilité, l’éthique et la sensibilisation: tels sont les thèmes clés de la Chambre Monégasque de la Mode et de la Monte-Carlo Fashion Week, qui soutiennent une approche éthique et consciente de la mode. La MCFW est une manifestation internationale qui, grâce à l’alternance de créateurs innovants et des moments de réflexion sur les enjeux liés au développement durable, est devenue une référence importante pour la mode «éco».

Pour sa huitième édition, la Monte-Carlo Fashion Week 2020 a temporairement déménagé sur le Web et inauguré une nouvelle façon de faire de la mode. Ce fut une semaine extraordinaire, qui nous a fait voyager, de façon virtuelle, à travers le monde: des États-Unis à Dubaï, de la Thaïlande à l’Italie, à Monaco avec la «2020 MCFW SERIES A CONVERSATION WITH …», des conversations digitales en direct, captivantes et interactives avec les principaux protagonistes de la mode internationale. Un voyage virtuel qui, grâce aux designers ayant participé au Sustainability Contest, a traversé 17 pays du monde (Japon, Koweït, Colombie, USA, France, Italie, Monaco, Guatemala, Mexique, Hongrie, République Tchèque, Tunisie, Bolivie, Madagascar, Danemark, Pérou et Belgique) en nous faisant découvrir plus d’une quarantaine de créateurs qui se démarquent en terme de durabilité. Chacun d’eux a enfermé son essence et sa vision innovante, rigoureusement éco-durable, dans une vidéo tournée en lockdown ou dans les jours post lockdown, diffusée sur les réseaux sociaux de la Monte-Carlo Fashion Week (Instagram @montecarlofashionweek et site web www.montecarlofashionweek.net et sur la chaîne YouTube de Fashion Channel, partenaire de l’événement. Le « secret » du succès de la MCFW, est d’avoir créée une manifestation qui est ancrée à de vrais valeurs et qui soutienne la création et l’internationalité, en supportant aussi des jeunes créateurs talentueux, tout comme les grands noms du monde entier.

Une autre raison du succès de la manifestation est son dynamisme; en effet la MCFW depuis son lancement a toujours été très bien accueillie par la presse, le public ainsi que toute la communauté fashion, avec son enchaînement des défilés, présentations de collections, showrooms, pop-up, mais aussi des conférences, tables rondes ainsi que la prestigieuse Cérémonie des Fashion Awards. De nombreuses célébrités et designers reconnus dans le monde entier tels que Naomi Campbell, Tommy Hilfiger, Philipp Plein, Alberta Ferretti, la maison Versace, la maison Etro, Chiara Boni, Ermanno Scervino, la maison Breguet, l’ IFM – Institut Français de la Mode, Igor Chapurin, Stella Jean, Istituto Marangoni… et beaucoup d’autres ont reçu le prestigieux Monte-Carlo Fashion Award.

En 2016, la Chambre Monégasque de la Mode a lancé le Ethical & Sustainable Award pour honorer une marque qui joue un rôle actif dans l’encouragement de changements positifs, le soutien de la durabilité et la promotion d’un monde plus propre, en produisant des vêtements de haute qualité et respectueux de l’environnement. En 2016 la marque Stella Jean a été primé. Elle était une des premières marques à avoir des collections éco-durable. Son engagement se poursuit: elle a été mentionnée aux Nations Unis ainsi qu’à la Commission Européenne. En 2017 Tatiana Santo Domingo pour sa marque Muzungu Sisters au commerce équitable a été primé. En 2018 Rahul Mishra, créateur indien très engagé pour des collections éthiques et durables. En 2019 Alberta Ferretti pour sa collection Earth Collection totalement sustainable. En 2020 nous avons décidé de donner deux prix, le Sustainable Award et l’Ethical Award. Le Sustainable Award a été attribué par un Concours auquel ont participé plus de 40 marques de 17 pays dans le monde. Le gagnant était Desserto du Mexique pour son cuir vegan produit avec du cactus. Le Ethical Award a été remis à Ingie Chalhoub, soit en veste de buyer (Pdg de Etoile Groupe de Dubaï) , qu’en veste de designer (pour Ingie Paris) pour son engagement éthique et social, qu’elle représente magnifiquement au sein de l’Unicef.

Club Italie-France : Quel sont vos projets pour l’avenir ? Comment voyez-vous se développer les relations entre France – Italie et Monaco ? Avez-vous des idées pour contribuer à ce développement ?

Federica Nardoni Spinetta : Les différentes éditions de la Monte-Carlo Fashion Week ont toujours mis en avant les échanges internationaux en faisant venir en Principauté des marques du monde entier. Cette année, grâce aux designers ayant participé au Sustainable Contest, notre voyage virtuel a traversé 17 pays du monde (Japon, Koweït, Colombie, USA, France, Italie, Monaco, Guatemala, Mexique, Hongrie, République Tchèque, Tunisie, Bolivie, Madagascar, Danemark, Pérou et Belgique) en nous faisant découvrir plus d’une quarantaine de créateurs qui se démarquent en terme de durabilité. En partenariat avec l’Ambassade de France à Monaco, nous avons déjà eu de nombreux designers français très prometteurs, qui ont participé au précédentes éditions. Nous avons aussi eu l’honneur de primer l’IFM – Institut Français de la Mode avec un Educational Fashion Award. Nous aimerions développer encore plus la venue de marques « Made in France », surtout celles qui situent l’éco-responsabilité au centre de leur vision et idéologie et ainsi contribuer au développement des jeunes créateurs français en soutenant encore plus les relations France-Monaco-Italie.

REPRODUCTION RÉSERVÉE ©

Club Italie France - Opinion Leader Federica Nardoni Spinetta
Federica Nardoni Spinetta, Présidente de la Chambre Monégasque de la Mode
Club Italie-France: Affaires Internationales - Daisy Boscolo Marchi - Team
Interview réalisée par
Daisy Boscolo Marchi