Sergio Parisse
Personnalités

Sergio Parisse

Sportif.

Sergio Francesco Antonio Parisse est un joueur de rugby italien. Il est considéré comme l'un des meilleurs joueurs au monde dans son rôle. Actuellement il joue dans l'équipe de rugby de Toulon. Il a été ex Capitaine de l'équipe nationale italienne de rugby et du Stade Français. Il est témoin du projet italo-français Beach Care qui traite de la protection de l'écosystème marin créé en collaboration avec CNR Italie et CRNS France.


Club Italie-France : Vous êtes capitaine de l’équipe nationale italienne de rugby de 2008 à 2019, capitaine du Stade Français, avec lequel vous avez remporté votre deuxième championnat de France, en 2015, le Top 14. Peut-on dire que vous avez, dans votre carrière, fait preuve à la fois de charisme et de motivation ?

Sergio Parisse : Oui, dans la carrière d’un sportif, surtout quand vous avez des responsabilités, personnellement ayant été capitaine pendant tant d’années de l’équipe nationale, et aussi avec le club, vous avez besoin d’un sens des responsabilités dans ce que vous faites, mais [oui] aussi d’une certaine forme de charisme, et comment gérer les situations sur le terrain, et aussi celles en dehors du terrain. Le rugby, comme la plupart des gens le savent, est un sport d’équipe, donc un sport où l’individu est certes important, mais où le plus important est le groupe, l’équipe, et donc au sein de cette équipe, composée de tous les individus, le capitaine, en particulier, a un rôle très important. J’ai personnellement eu cet honneur pendant de nombreuses années avec l’équipe nationale mais aussi avec le club, et je crois fermement qu’un capitaine doit avoir un certain charisme pour faire passer le message à l’équipe, mais aussi être un dessinateur, et essayer d’être une personne qui a une influence, dans le ton avec les gens avec qui il partage peut-être un terrain, un terrain de rugby, ou même une séance d’entraînement ou un après-match, donc oui, je dirais que oui

Club Italie-France : Malgré l’appréciation des joueurs italiens à l’étranger, depuis l’entrée de l’Italie dans les Six Nations, avec le début le 5 février 2000, les résultats ont toujours été un peu fluctuants, caractérisés par une sorte de difficulté à donner une continuité à des victoires épiques, à des moments simplement inoubliables, pour ceux qui s’intéressent évidemment à ce sport. L’évolution du rugby italien, si l’on peut dire, s’est souvent nourrie d’entraîneurs et de dirigeants étrangers, souvent français. Comment voyez-vous ce besoin permanent de chercher des améliorations, si vous voulez, venant de l’étranger, et si un jour vous serez en mesure d’envisager une génération si forte qu’elle pourra renverser le cap ?

Sergio Parisse : Oui, disons que culturellement l’Italie n’est pas encore un Pays au niveau du rugby, qui apporte une culture et une histoire aussi importantes, comme le sont les équipes que nous affrontons dans les Six Nations, y compris la France, qui est une équipe très forte, non seulement [par] maintenant, mais elle a aussi une culture du rugby beaucoup plus importante, évidemment. Donc pour nous le rugby en Italie, et certainement depuis l’entrée des Six Nations, le rugby a grandi, non seulement dans le niveau, mais aussi en termes de popularité, et d’intérêt autour de lui. « Regardons les choses en face, en Italie, le rugby n’est pas encore un sport connu partout. Dans le centre-nord de l’Italie, le rugby est probablement plus connu ; dans le centre-sud, surtout dans le sud de l’Italie, il y a très peu de réalités, et évidemment les résultats sur le terrain sont le fruit et l’image d’un mouvement, d’une Fédération, d’une « structure », qui s’est absolument améliorée ces dernières années, depuis qu’elle a rejoint les Six Nations, mais oui, avec des résultats fluctuants. Ces dernières années, nous avons eu plusieurs entraîneurs, dans l’équipe nationale majeure, principalement d’origine étrangère, dont deux Français, M. Berbizier et M. Brunel, deux entraîneurs qui ont eu deux cycles de quatre ans chacun, et étant probablement latins, nous aussi, nous sommes plus proches du rugby français, comme approche, que du rugby anglo-saxon. Nous espérons qu’il y aura un changement de direction, nous espérons que dans un avenir proche, il y aura aussi, et [j’en suis] convaincu, qu’il y aura des entraîneurs italiens, qui pourront un jour entraîner l’équipe nationale majeur.

Aujourd’hui, il y a beaucoup de joueurs, y compris de nombreux coéquipiers avec qui nous avons partagé le maillot azzurro, qui se sont lancés dans la voie de l’entraînement, je pense [par exemple] à Benetton Treviso, où il y a Marco Bortolami, un ancien joueur et coéquipier, ainsi qu’Andrea Masi et Fabio Ongaro, qui sont aussi des anciens coéquipiers, et qui se sont lancés dans la voie de l’entraînement depuis quatre ou cinq ans, et qui entraînent un club, et que probablement un jour, j’espère qu’ils auront aussi l’occasion d’entraîner l’équipe nationale, nous espérons que cette tendance peut changer, évidemment dans tous les domaines, mais aussi au niveau de l’entreprise, beaucoup de fois on va aller chercher l’expertise ailleurs, et pas en Italie, avec le rugby probablement nous avons aussi essayé de le faire, en ayant pas une culture ou des ressources humaines, de qualité, dans les 15-20 dernières années, au niveau technique nous sommes allés chercher des entraîneurs à l’étranger, et nous avons essayé, ici, d’apprendre et de se développer. La tendance est en train de changer, évidemment nous espérons que bientôt, il y aura aussi, je l’espère, un staff technique italien, 100% italien.

Club Italie-France : Après une carrière sportive marquée par des succès, c’est-à-dire vos titres, et des réalisations personnelles, comme le brassard de capitaine décerné à plusieurs reprises, entendez-vous rester dans le monde du sport, ou il y a-t-il déjà un projet en tête. Par exemple, financeriez-vous également des activités humanitaires ?

Sergio Parisse : Il est certain que j’ai toujours été, et que je suis toujours, très sensible aux différentes initiatives humanitaires, qui sont liées au monde du sport, et pas seulement au rugby. Après une si longue carrière, et l’occasion de découvrir le rugby et comment le rugby est vécu, à un certain niveau, comme par exemple en France, comment il est vécu, et combien la communauté autour d’une équipe de rugby est si importante, il y a des responsabilités qui vont en dehors du terrain, en dehors du rugby joué, et ce sont des responsabilités que l’on a en tant que joueur, mais surtout quand on est capitaine, peut-être d’une équipe de club mais aussi dans une équipe nationale, ce sont aussi des responsabilités que l’on est heureux, même si je parle à titre personnel, de soutenir. Alors pourquoi pas, pour mon après-carrière, à court terme, je vais jouer une saison de plus, disons que je suis plus proche de la fin de ma carrière qu’au début ; je laisse certainement toutes les voies ouvertes, toutes les opportunités qui peuvent se présenter à l’avenir, pour m’impliquer dans n’importe quel type d’initiative, comme je l’ai toujours fait dans ma carrière. Des initiatives que je peux partager en termes de valeurs et de lignes directrices. Je ne suivrais jamais des initiatives, qui sont peut-être même économiquement intéressantes, sans partager leur éthique et leurs valeurs. Par exemple, même avec les sponsors, il est important de partager le message. Si je m’attache à un projet, je pense qu’il est important de partager ses valeurs.

Club Italie-France : Être champion signifie être son propre entrepreneur, quel conseil donneriez-vous à un Italien souhaitant pratiquer sport en France, ce sport en France ?

Sergio Parisse : Certainement, en France, il y a des opportunités, grâce à de nombreuses équipes dans tout le Pays, des petits villages, aux grandes villes, il y a la possibilité de jouer au rugby un peu partout. Ensuite, le rugby, à mon avis, est un sport qui doit rester accessible à tous, il doit venir d’une passion qui pousse les gens à s’approcher de ce sport. Je pense que c’est rare d’avoir la chance de travailler et de pouvoir vivre de sa passion. Pour moi, c’était la réalisation d’un rêve. Le rugby doit avant tout être « un divertissement entre amis ». En France, il y a certainement la possibilité de jouer au rugby à n’importe quel niveau. Oui, en France, le rugby est un sport de premier ordre, par rapport à la situation qu’hélas, en Italie, nous vivons, dans le domaine du rugby, aujourd’hui.

Club Italie-France : Pensez-vous qu’il puisse y avoir des points en communs entre le sport et la réussite personnelle, je veux dire au niveau des valeurs, et surtout au niveau mental ?

Sergio Parisse : Chaque sport est un véhicule de valeurs, chaque sport part du principe qu’il y a aussi un aspect de compétition. Le sport est un plaisir, mais ensuite intervient bien sûr l’envie de gagner, de prendre de la satisfaction, l’envie de grandir en tant qu’individu, surtout dans les sports d’équipe, où la réalisation d’un objectif passe parfois au sein du groupe, où l’on intègre des objectifs personnels, des buts ; on peut aussi grandir au niveau mental, basé sur le respect, le sens du sacrifice, les difficultés qu’il faut savoir gérer pour atteindre un objectif ; tout cela, je pense, forme beaucoup une personne, indépendamment du jeu de rugby ou d’une équipe. En cela, je pense que le rugby c’est un sport qui donne aussi beaucoup sur le plan humain.

Club Italie-France : En 2012, vous avez fait un doublage pour le film d’animation Disney, « Ralph Spaccatutto », en doublant le personnage de Zangief. Comment s’est déroulée cette expérience, et si c’est quelque chose que vous répéteriez ?

Sergio Parisse : L’expérience était fantastique, quelque chose que j’ai fait pour la première fois. Mais je dois admettre que j’ai découvert à quel point le travail d’un doubleur est compliqué. Même si je n’avais pas beaucoup de répliques à dire, je me suis rendu compte que la difficulté réside aussi dans la façon de dire, de jouer, ou de lire ; en effet, c’est autre chose de voir l’image et de faire en sorte que ce que l’on dit ait un ton, une tonalité, un sens qui reflète ce que l’on voit sur le grand écran. En conclusion, oui, c’était une expérience que je renouvellerais absolument.

Club Italie-France : Quels sont vos prochains objectifs ?

Sergio Parisse : Disons que j’ai une idée assez précise de ce que je voudrais faire dans le futur. Je ne veux pas rester dans une situation liée uniquement au monde du rugby. Je serai toujours lié au rugby pour la vie, car c’est ma passion, c’est ce que j’aime, et j’aimerais pouvoir un jour rendre à ce sport tout ce qu’il m’a apporté. Par exemple, au cours des deux dernières années, j’ai suivi une formation pour devenir coach, une profession que j’aimerais exercer à l’avenir. Ou encore, ayant été approché par plusieurs entreprises, une activité permettant d’expliquer l’importance du travail d’équipe pour atteindre un objectif, car il est évident qu’un individu ne peut pas tout affronter seul. Un seul joueur marque un but, mais il ne pourrait jamais le faire sans les autres XIV. Je trouve de nombreuses similitudes avec le monde de l’entreprise. Pour mon avenir, je suis très attaché au rugby et j’aimerais rendre à ce sport ce qu’il m’a apporté, peut-être à d’autres titres que celui de joueur, c’est-à-dire peut-être en tant qu’entraîneur ou manager. J’espère simplement que mes expériences dans la vie et en tant que joueur seront, également au niveau d’entreprise, utiles à la réalisation d’un objectif.

written byGiovanni D'Avanzo
Giovanni D'Avanzo

1 juillet 2022

advertising