Entrepreneurs

Sandra Bianchi


Vice-présidente de Airbus

Entrepreneur de la semaine

Sandra Bianchi


Club Italie-France : Vous êtes née en Italie, pays dans lequel vous avez étudié avant d’arriver en France. Comment vos origines ont-elles influencé la femme que Sandra Bianchi est devenue aujourd’hui?

Sandra Bianchi : Je suis née et j’ai grandi dans une petite ville de Toscane, dans une belle terre appelée « Maremma », entre mer et collines, entre des rangées de vignes et d’oliviers et une mer sauvage; une terre qui abrite cependant l’imposant centre sidérurgique de Piombino. Terre de contradictions, de génie mais aussi de travail industriel et où j’ai d’abord appris que la diversité, paysagère, culturelle et sociale, peut être conviviale et complémentaire; la diversité peut donner de la force.

Ensuite, il y a ma formation: «Tu peux réaliser ce que tu veux avec engagement et passion», m’ont toujours dit mes parents, ma maman et mon père (oui «mon babbo», comme cela est utilisé dans cette partie de l’Italie pour indiquer votre père!). Ma maîtresse était une éducatrice importante: elle m’a fait aimer les mathématiques et elle a toujours cru en moi et encore plus en ma créativité. 

Rien n’était simple, rien n’était évident: les maternelle et écoles élémentaires n’étaient pas dans la commune où je vivais, les jeux étaient souvent inventés et réutilisés, au lycée le professeur de latin et de grec était un fanatique du système éducatif spartiate, dans l’Aula Magna de la faculté de Ingegnerie de l’Université de Pise, nous n’étions que deux filles, j’allais à mon premier emploi avec une mobylette d’occasion. J’ai grandi dans la conscience que le vrai pouvoir c’est « pouvoir », qu’il n’y a pas de moyen unique d’atteindre ses objectifs et que voir les choses différemment, adopter un autre point de vue, peut être une grande valeur.

Club Italie-France : Vous êtes ingénieur aérospatial et avez une expérience importante chez Airbus. L’ingénierie aérospatiale est toujours considérée aujourd’hui comme une «affaire d’hommes» et la bataille pour l’égalité n’est pas encore gagnée. Pourquoi est-il encore si difficile pour les femmes de réussir dans les matières STEM? Airbus a-t-il des politiques internes pour promouvoir l’égalité?

Sandra Bianchi : Bien que des progrès aient été accomplis vers l’égalité des sexes (environ 70% d’emplois féminins ont été atteints), les STEM sont un domaine dans lequel il reste beaucoup à faire pour parvenir à une véritable égalité. Il y a plusieurs raisons d’ordre social et culturel qui, je crois, peuvent être identifiées à toutes les étapes de la formation de l’identité féminine. En général, il semble que les filles ne soient pas très attirées par les matières scientifiques et obtiennent de meilleurs résultats dans d’autres domaines du savoir, comme les arts ou les sciences humaines. La relation entre les femmes et l’éducation continue d’être très controversée même dans la phase de formation universitaire. En fait, environ 60% des diplômés sont des femmes avec en moyenne de meilleurs résultats que les collègues masculins, mais moins de 30% dans les matières dites STEM et le pourcentage diminue encore pour des facultés plus spécifiques telles que le génie mécanique et aérospatial.

Pour que cette situation évolue, il faudrait à mon avis agir dans les différentes étapes de la formation, en essayant de stimuler l’intérêt des filles depuis l`enfant pour les matières scientifiques. Dans ce processus, la famille et l’école peuvent jouer un rôle décisif en surmontant les stéréotypes de genre que, parfois involontairement, les parents et les éducateurs transmettent à leurs enfants et à leurs élèves. C’est-à-dire qu’il faudrait faire comprendre aux filles l’importance, et surtout la beauté, des sujets scientifiques, les informer sur les opportunités d’emploi et proposer de vrais modèles de femmes qui exercent des professions traditionnellement masculines afin d’élargir leur imaginaire et de pouvoir s`identifier et leur donner confiance dans la possibilité de réussir dans le domaine des STEM.

Ensuite, il y a le monde de l’entreprise en tant que tel: dans une communauté d’hommes, il n’est peut-être pas évident d’affirmer son rôle de femme, de se sentir à l’aise et de trouver sa place, si tout va bien, pertinent. D’un autre côté, cependant, il est de plus en plus clair qu’une plus grande inclusion des femmes peut se traduire par un avantage économique pour les entreprises. La valorisation de la diversité (dans ce cas, inclure et donner plus de voix au genre féminin) représente une opportunité de réussite car le talent qui existe chez chaque individu et la variété et la complémentarité des points de vue sont capitalisés. Historiquement, le secteur aérospatial est considéré comme masculin mais chez Airbus, nous avons compris la valeur d’une main-d’œuvre différenciée.

Le nombre de femmes augmente d’année en année (18% d’emplois féminins  en 2019) et la représentation des femmes dans la catégorie des cadre supérieur ou au dessus augmente également (avec un point de pourcentage de plus en 2019, nous avons atteint 13,1% de présence féminine) et dans des postes traditionnellement occupés par des hommes. Par exemple, sur les 12 membres du comité exécutif d’Airbus, deux sont des femmes, dont notre CTO (Chief Technology Officer – Head of Research and Development). Nous pouvons donner un autre exemple: dans la division Airbus Defence & Space, le Head of Engineering et le Head of Operations (qui comprend la responsabilité de la production, de la qualité, des achats) sont deux femmes. Est-ce que tout cela suffit? La réponse est bien évidemment non. Pour cette raison, Airbus travaille activement à la promotion d’un environnement de travail qui facilite l’inclusion et la diversité et de nombreuses initiatives soutiennent ce projet.

Depuis 2015, un groupe de travail (Balance for Business) a vu la lumière, avec plus de 11000 participants dont la mission, entre autres objectifs, comprend également celle d’attirer, de développer et de fidéliser des femmes qualifiées dans l’entreprise. En 2019, il y a plus de 60 projets finalisés, qui comprennent du mentorat, du coaching, des programmes de parrainage et des initiatives spécifiques pour accroître à la fois les compétences et le leadership féminin. Airbus soutient activement ONU FEMMES, qui fournit des conseils sur la diffusion des principes WEP (Women`s Empowerement Principles) afin de soutenir et de promouvoir l’égalité de statut des femmes dans le monde des affaires. Pour conclure, la question est complexe, il reste beaucoup à faire et je pense qu’une intervention de grande envergure est essentielle, apportant a large communication et favorisant des collaborations de toutes natures entre entreprises, écoles, institutions et organismes de formation.

Club Italie-France : Nous savons tous que les prochains mois seront très difficiles pour l’économie mondiale et européenne. Les difficultés n’affecteront pas seulement les PME mais aussi les grandes entreprises. Beaucoup ont pensé que la crise résultant de ce virus n’avait fait que nous montrer une fois de plus la fragilité du système économique créé pendant les dernières trente années. Selon vous, quels seront les principaux défis des entreprises internationales dans un proche avenir?

Sandra Bianchi : A vrai dire, qu’il y avait de puissantes forces de changement en cours et que celles-ci nous auraient conduit à une transformation profonde et radicale de l’économie et du travail était déjà compris depuis un certain temps. Avec l’effondrement du mur de Berlin, la fin du bloc de l’Est et la dissolution de l’Union soviétique, déjà à la fin du siècle dernier, nous avions compris que le monde subissait de profonds changements devenant un lieu volatil, incertain, plus complexe et ambigu, dans lequel les modèles traditionnels de modernité, basés sur les deux grands piliers de l’aléatoire linéaire et de la foi dans le progrès, ne résistaient plus à l’impact des changements «perturbateurs» qui progressaient rapidement. Le virus a agi comme un accélérateur de processus évolutifs sur lesquels les entreprises se sont (ou auraient dû) se concentrer depuis un certain temps.

Il est important d’accélérer la transformation numérique sous tous ses aspects, les modes de travail et d’innover: le marché a subi une forte mutation et les besoins ont changé. La pandémie a mis en évidence toute la fragilité des chaînes d’approvisionnement. Il s’agit donc de revoir stratégiquement les chaînes de production pour limiter le risque de rupture des chaînes d’approvisionnement et de réfléchir à la fiabilité et la certitude de la disponibilité des marchandises en augmentant la flexibilité et probablement en relocalisant certaines activités auparavant délocalisées. En raison du confinement total imposé par l’urgence sanitaire, les entreprises ont dû se réorganiser par l’utilisation massive du smart working, passant de 5% en 2019 à plus de 40% des personnes employées en Europe qui travaillaient régulièrement à domicile. L’enjeu a été et sera de donner à chacun les moyens de pouvoir opérer à distance, de consolider les différents systèmes informatiques et de sécuriser davantage les échanges de données. Travailler à distance avec des interactions physiques limitées nécessite d’une modification des compétences et des capacités de l’individu et du groupe auquel il appartient. C’est l’un des défis les plus importants car il nécessite un changement culturel profond au sein de l’entreprise et un changement dans l’interaction avec le monde extérieur avec les clients, partenaires et fournisseurs.

Club Italie-France : Il y a beaucoup d’Italiens en France qui ont de brillantes carrières, souvent dans les directions de grandes entreprises, et vous en tant que vice-président d’Airbus en êtes un exemple. Selon vous, les Italiens ont-ils des caractéristiques particulières appréciées à l’étranger ou est-ce a les hasard?

Sandra Bianchi : Les Italiens qui vivent et travaillent à l’étranger ne cessent de croître et la France fait partie des cinq premières destinations. Bien qu’il puisse être simpliste de généraliser, je crois néanmoins qu’il y a des caractéristiques particulières chez les Italiens qui sont appréciées par les Français. La créativité et la flexibilité typiques des Italiens sont certainement des caractéristiques payantes. Avec les mêmes compétences, les Italiens semblent plus aptes à gérer la complexité et ont une grande capacité à s’adapter à différents contextes et à s’intégrer à des cultures d’entreprise parfois opposées. Notre formation scolaire est presque unique: l’étude des classiques, du latin et dans certains cas du grec, est à la base de la plupart des cours scolaires et garantit une ouverture d’esprit qui permet flexibilité, intuition et une pensée latérale très forte. Tout cela est complémentaire du style «cartésien» typique de la mentalité française; de plus, par rapport à d’autres cultures (anglo-saxonnes ou allemandes) qui tendent à marquer des différences, les Français et les Italiens continuent d’avoir une plus grande proximité culturelle qui facilite le dialogue et l’appréciation mutuels.

Club Italie-France : Airbus a récemment remporté le nouveau contrat de gestion des télécommunications par satellite pour les missions militaires et civiles de l’Union européenne. Peut-on dire que des entreprises comme Airbus sont un bon moteur pour faire avancer la construction européenne?

Sandra Bianchi : Certainement oui. Airbus est un exemple de collaboration européenne depuis sa création, il y a plus d’un demi-siècle. L’idée de créer un secteur aéronautique européen dérive d`une initiative de la France et de l’Allemagne, à laquelle le Royaume-Uni et l’Espagne se sont par la suite ajoutés. Une entreprise qui aurait pu paraître impossible à l’époque: produire et vendre des avions commerciaux entrant dans un marché dominé par les États-Unis, pays qui avait remporté la Seconde Guerre mondiale justement grâce à sa suprématie dans le ciel et qui après – en exploitant la technologie acquise pendant les années de la guerre – maîtrisait également la nouvelle industrie des avions civils.

Le premier avion de l’Airbus naissant, l’A300 avec deux couloirs et seulement deux moteurs, représentait une nouveauté dans la technologie aéronautique de l’époque, mais c’était aussi la réponse à la structure fragmentée de l’industrie aéronautique de l’époque, ainsi qu’au besoin de fédérer de nombreuses petites entreprises afin de financer les coûts élevés de recherche et développement de projets aussi complexes qu’innovants.

Lorsque nous volons dans un avion Airbus aujourd’hui, c’est l’intégration européenne qui nous emmène dans le ciel: le premier vol des ailes de l’A350 arrive de Broughton (Royaume-Uni) à Toulouse pour être monté sur le fuselage de l’avion le plus moderne et le plus respectueux de l’environnement au monde. D’autres pièces arrivent à l’usine d’assemblage en provenance des autres usines d’Allemagne, d’Espagne et du nord de la France. Et Airbus continue de façonner le secteur de l’aérospatiale et de la défense avec des innovations de pointe telles que la numérisation de la conception aérospatiale, le développement de nouvelles options de mobilité urbaine, l’utilisation de l’hydrogène comme source d’énergie pour les vols zéro émission.

Airbus joue aussi  un rôle clé dans deux programmes européens de défense parmi le plus ambitieux de ce siècle: l`Eurodrone (European Drone) et le  Système de Combat Aérien Futur (SCAF). L’Eurodrone sera le premier système du genre à être entièrement développé et fabriqué en Europe – par le futur maître d’œuvre désigné Airbus en Allemagne et en Espagne, et par ses partenaires Dassault Aviation en France et Leonardo en Italie. En réunissant le meilleur de l’industrie européenne des hautes technologies, ce projet posera les fondations du SCAF. SCAF est un instrument clé pour garantir dans le future l`autonomie et la souveraineté européennes en matière de défense et de sécurité. De plus, il renforce l`Europe en tant que point névralgique de l`industrie et de la technologie, non seulement dans le secteur de la défense, mais aussi avec des retombées importantes dans le monde civil.

Club Italia-France : Quels conseils aux jeunes femmes qui entrent dans le monde du travail?

Sandra Bianchi : Le monde d’aujourd’hui est en transformation continue et rapide, les exigences changent et évoluent constamment avec nous. Mon conseil à toutes les femmes est donc d’être ouverte à tout ce qui est nouveau, d’être curieuse et de capitaliser chaque expérience, cherchant d’être stimulées au maximum pour affiner son engagement et son professionnalisme. Il faut oser, s’impliquer et sortir de la soi-disant «zone de confort»: ce sera une opportunité d’apprentissage et de croissance. Et vous devez également prendre en compte, au cours de votre cheminement de carrière, de trouver d’éventuels obstacles ou de devoir ajuster vos objectifs: il est important de comprendre et de transformer chaque petit échec en une belle opportunité. Je dirais donc à toutes les femmes de toujours croire en elles-mêmes, de persévérer dans leurs objectifs, de demander de l’aide si nécessaire, de faire équipe et de travailler ensemble: c`est impossible de tout savoir ou de résoudre des problèmes complexes tout seul. C’est la valeur que chaque personne apporte et la capacité de travailler ensemble qui nous permet d’atteindre de grands et importants objectifs.

written byDaisy Boscolo Marchi
Daisy Boscolo Marchi

1 septembre 2020

advertising