Les investissements italiens en France ont bondi de 68% en 2016


Les investissements italiens en France ont enregistré une forte croissance de 68% en passant de 85 projets en 2015 à 141 projets en 2016. L’Italie réalise son meilleur résultat depuis dix ans.

Comme pour l’année 2015, la France se confirme comme étant la première destination des entreprises italiennes en Europe. Au cours de l’année 2016, les investisseurs italiens en France ont enregistré une forte croissance de 68%, pour une valeur globale de 20,2 milliards d’euros.

Sur 1117 projets internationaux réalisés en France, 141 (13%) ont été développées par des investisseurs italiens. Au niveau mondial, l’Italie occupe la quatrième place pour le nombre d’emploi et la troisième place pour le nombre de projets, derrière l’Allemagne (191 projets) et les Etas-Unis (182).

Les projets d’investissements italiens ont été engagés sur presque tout le territoire français (soit 12 régions sur 13). Toutefois, deux régions accueillent la moitié des projets d’origine italienne: l’Ile-de-France, avec 29% des projets et l’Auvergne-Rhone-Alpes (23%). Viennent ensuite la Provence-Alpes-Côte d’Azur (11%), les Hauts-de-France (8%), l’Occitanie (7%), les Pays-de-la-Loire (6%), et la Nouvelle Aquitaine (6%).

Les régions italiennes les plus actives sur le plan de la réalisation des projets on été la Lombardie (31,7%), le Piémont (21,8%), l’Émilie-Romagne (15,5%) et le Latium, lui-même en forte progression (9,2%) par rapports aux années précedents.

Parmi les secteurs qui prévalent dans les investissements italiens en France, on trouve le travail des métaux (9%), les machines (9%), l’agro-alimentaire (9%) le conseil et l’ingenierie (8%), les transports et la logistique (8%), les parfums et cosmetiques (6%). Pour ce qui est de la nature des investissements italiens réalisés au-delà des Alpes, les activités de production représentent la partie prépondérante (30% des projets); viennent ensuite les services aux entreprises (20%), les centre décisionnels (16%) et les points de vente (13%).

Un autre secteur dont la progression s’est révélé particulièrement significative est celui des activités de recherche et de développement, qui permettent aux entreprises italiennes de se classer à la troisième place dans le monde avec le 10% des projets étrangers démarrés en France, après les États-Unis et l’Allemagne. En 2016, les projets de création de nouveaux sites représentent pratiquement un projet sur deux (50%). Les acquisitions de sociétés françaises représentent 13% des projets contre 12% en 2015. Sont, par contre, en augmentation les projets d’élargissement de sites déjà existants (37,3% contre 35%).

Présence italienne en France

En France, il y a 2.000 entreprises italiennes qui emploient plus de 100.000 personnes. Parmi les facteurs déterminants qui poussent les entreprises italiennes à s’installer en France, signalons le crédit d’impôt-recherche, qui permet aux entreprises étrangères de déduire de leurs impôts le 30% des coûts soutenus pour les activités de recherche et développement. Un autre facteur important est le coût de l’énergie, très inférieur par rapport à celui soutenu en Italie. Et pour finir, rappelons l’offre de service et d’infrastructures de très haut niveau et un écosystème entrepreneurial international qui stimule la compétition et offre des opportunités de confrontation et de croissance.

Quelques entreprises italiennes présentes en France

  • FCA Group
  • Generali France
  • Mondadori France
  • Leonardo-Finmeccanica (Ansaldo, Eurotorp, Space Alliance)
  • Fincantieri
  • Atlantia
  • Luxottica
  • Kiko Milano
  • Came France
  • Ferrero
  • Autogrill
  • Barilla

Sources: Business France, Ministère du Commerce extérieur, Douane